Emplacement publicité

 
Se connecter



S'inscrire
Mot de passe oublié

 
Le succès
 
Juin 1915 : la première guerre mondiale n'est pas encore terminée, mais l'issue ne fait plus de doute : Vicenzo pense déjà à l'après, car il faut utiliser les locaux agrandis pendant le conflit (leur surface est passée de 30.000 à 60.000 m2), les utiliser à bon escient pour relancer la production et passer ainsi d'une production militaire à une production d'automobiles de luxe beaucoup plus importante qu'avant-guerre. Les études se portèrent donc sur la conception de deux nouveaux moteurs : un 8 cylindres en V à 45 degrés, et un 12 cylindres en V à 30 degrés. En attendant, la première Lancia d'après-guerre est la Kappa.

La Kappa et ses deux soeurs.

La Kappa (Kappa 35 HP) est dérivée de la Théta de 1913. Equipée d'un 4 cylindres en lignes délivrant 70 chevaux, elle présente, comme son aînée, plusieurs innovations majeures : démarreur électrique commandé par pédale, colonne de direction à inclinaison variable (réglage possible sur 3 positions), levier de vitesse au centre de l'habitacle au lieu d'être à l'extérieur de la carrosserie. 1809 exemplaires de la Kappa, toutes carrosseries confondues, seront construits.


Lancia Kappa



La Dikappa (1921) est la version sportive de la Kappa. C'est un torpédo à carrosserie légère (structure bois habillée d'aluminium) qui se distingue par ses roues à rayons et surtout par son moteur à soupapes en tête, permettant une augmentation notable de la puissance (passant de 70 cv à 87 cv à cylindrée égale), lui donnant de meilleures reprises et une vitesse de pointe plus élevée (130 km/h au lieu de 125).


Lancia Dikappa




C'est sur la Trikappa 40 HP, sortie en 1922, qu'apparaît le moteur V8 étudié avant la fin de la guerre : moteur à 8 cylindres en V étroit à 22 degrés (alors que le prototype de 1915 était à 45 degrés) et à soupapes en tête, 4594 cc de cylindrée donnant une puissance de 98 chevaux à 2.500 tours minute. Cette voiture de très grande classe, produite à 847 exemplaires jusqu'en 1925 (chiffre remarquable pour l'époque), marque l'aboutissement des améliorations techniques pensées par Vicenzo. C'est la première Lancia à moteur en V (architecture qui perdurera longtemps) et elle contribue fortement à établir la réputation de Lancia. Des clients prestigieux comme Pucini sillonneront l'Europe à son bord.

La Lambda : la révolution automobile.

Toutes ces évolutions techniques contribuaient à améliorer des automobiles qui, malgré tout, étaient toujours construites selon le schéma des diligences.

Un jour, Vicenzo Lancia, au volant d'une Kappa pour rejoindre son village natal, cassa un ressort de suspension avant sur une route en mauvais état et faillit quitter la chaussée : très impressionné, Vicenzo n'eut de cesse de trouver des solutions pour améliorer la sécurité et fabriquer des automobiles moins cahotantes. La quête permanente de la perfection poussait Vicenzo à analyser tout ce qui se fabriquait pour en comprendre les principes fondamentaux et repenser en permanence l'architecture des automobiles. C'est ainsi qu'il annonça à son équipe technique, en 1921, son souhait d'étudier un nouveau modèle d'automobile dont les éléments mécaniques ne seraient pas directement fixés au châssis, et expose son idée de remplacer le classique essieu avant rigide par une suspension permettant de rendre le mouvement des deux roues indépendant dans leur mouvement élastique. Le jeune Battista Falchetto, rentré aux services techniques depuis peu, est enthousiasmé par l'idée et propose une quinzaine de types de suspension. Le principe retenu sera le plus approprié pour une fixation à la carrosserie, mais Lancia pense qu'il est nécessaire de la renforcer car celle-ci sera inévitablement soumise à des forces de torsion plus importantes : c'est ainsi que naquit l'idée de renforcement par des caissons, et la partie arrière sera prolongée par un caisson rigide servant en même temps de malle à bagages. L'idée vint également de remonter l'arbre de transmission dans l'habitacle, et de le protéger par un tunnel renforçant lui aussi la structure de la caisse autoporteuse. Un nouveau moteur de 4 cylindres en V étroit à 20 degrés de 2.120 CC, tournant à une vitesse incroyable pour l'époque (3.250 tours minute) est mis au point. L'étude de la Lambda sera menée en un temps record et mettra à rude épreuve l'énergie du service des études, chaque jour apportant son lot de problèmes à résoudre (la conception et la réalisation de la suspension n'étant pas le moindre).


Structure de la Lancia Lambda


Le prototype sera prêt en septembre 1921 et dès les premiers essais, Vicenzo et ses collaborateurs eurent la confirmation de leurs intuitions : la Lambda sera la voiture confortable, stable et sure dont Vicenzo avait rêvé. Après ces essais, Vicenzo Lancia demandera plusieurs modifications, dont l'ajout de freins aux roues avant (dont il n'avait pas vu la nécessité au début de l'étude), dont la conception ne sera pas évidente à cause de la mobilité des roues liée à la suspension et aux angles de braquage. Il faudra attendre Novembre 1922 pour que le modèle définitif soit présenté aux salons de Paris et de Londres.


Lancia Lambda



La Lambda, le premier chef d’œuvre de Vicenzo Lancia, est présentée aux salons de Paris et de Londres en Novembre 1922. Le public sera enthousiasmé par ce nouveau modèle, plus bas que les modèles à châssis de l'époque et les connaisseurs seront subjugués par tant d'innovations qui les rendront souvent perplexes. Elle sera fabriquée à 13.000 exemplaires pendant 8 années, de 1923 à 1931 en huit séries successives qui apporteront chacune leur lot d'améliorations.


Lancia Lambda



Première voiture au monde à recevoir une carrosserie autoportante, premier 4 cylindres en V étroit, première suspension avant à roues indépendantes : la Lambda connaitra un succès mondial et restera le symbole d'une révolution dans la conception des automobiles. Avec une vitesse de pointe de 110 km/heure, elle offre des performances remarquables et son comportement routier, comme son confort, s'avèrent exceptionnels.


Lancia Lambda Mille Migli


Le premier modèle n'est disponible qu'en torpédo, mais peut être transformé en conduite intérieure grâce à une structure optionnelle démontable. Les principales évolutions apparaissent sur la cinquième série (boite de vitesse à 4 rapports au lieur de 3 à l'origine), la sixième série (à empattement allongé à 3,.42 m au lieu de 3,10 m) et la septième série (nouveau moteur de 2.375 CC),


<< Les Lancia d'avant guerre

>> La suite bientôt ...
 
Cette page a été consultée 4205 fois